[Critique] Kingsman – Le Cercle D’Or , une suite débridée

Les Kingsman sont de retour sur grand écran ! Deux ans après le succès surprise de Kingsman : Services Secrets , réalisé par Matthew Vaughn et adapté du comics éponyme de Mark Millar , nos agents britanniques reprennent du service et pour cette nouvelle aventure ils ne seront pas seuls , avec l’introduction de Statesman , leur pendant américain , ce qui permet au casting de s’étoffer et de réunir en plus de Colin Firth , Mark Strong et Taron Egerton , Jeff Bridges , Halle Berry , Channing Tatum et Pedro Pascal. Et n’oublions pas qu’il comprend également Julianne Moore et un caméo surprenant (ça vaut le détour!). Du beau monde en perspective !

Que nous réserve donc ce deuxième opus ? Un an après les événements survenus dans Kingsman , notre agence de renseignements va devoir faire face à une organisation criminelle qui va se révéler redoutable. Et Eggsy et ses collègues vont devoir collaborer avec des espions américains pour tenter d’en venir à bout :

Après avoir su créer la surprise , Kingsman : Le Cercle D’Or va t-il répondre aux attentes ? Cette suite va t-elle mettre les bouchées doubles niveau action et humour décomplexé ? Allons nous assister au même cas de figure que Kick-Ass , précédente collaboration entre Vaughn et Millar avec un premier volet réussi mais le second décevant (Vaughn officiait en tant que producteur et n’a pas réalisé cette suite).

Pour notre part la réponse est oui ! Kingsman : Le Cercle D’Or est le divertissement promis par le réalisateur , avec plus d’action , plus de fun , plus de n’importe quoi . Bref ça part dans tous les sens et le spectacle est au rendez-vous !

426778

Passé l’introduction qu’avait été le premier film en 2015 , Matthew Vaughn peut développer la mythologie de l’univers Kingsman et pour se faire , il a construit un scénario débridé où il peut aller à fond dans tous les domaines , allant jusqu’à la limite entre le bon et le mauvais goût (sur une séquence en particulier). L’histoire du Cercle D’Or démarre tambour battant et si le rythme baisse de temps à autres , l’ensemble tient la route et le divertissement est total. Entre pastiche de James Bond version Roger Moore avec tous ces gadgets que n’aurait pas renié l’agent 007 et film d’action 100% fun , le film n’oublie pas de nous surprendre et de multiplier les rebondissements. Autre point positif , les références au premier opus qui renforcent cet aspect de suite. Les fans de Kingsman apprécieront de remarquer ces détails et clins d’œil. En parlant du premier volet , en choisissant de se centrer sur le trio de tête composé des deux agents Gallahad (Firth et Egerton) ainsi que Merlin , Vaughn joue sur la carte de l’émotion entre deux cascades et deux blagues et cela fait mouche. Mais malheureusement , ce recentrage limite l’intérêt de Statesman et de ses agents , que l’on aurait aimé voir davantage , mais cette introduction à l’agence américaine est un amuse-bouche pour un futur troisième film. Concernant la menace du film et du grand méchant , passer après un ennemi comme Valentine est difficile et le personnage de Poppy (Julianne Moore) n’est pas aussi marquant que son prédécesseur. Mais reconnaissons que son plan permet d’avoir une petite critique de la société de la part de Vaughn.

Comme dit plus haut , Kingsman : Le Cercle D’Or repose essentiellement sur les agents incarnés par Colin Firth , Taron Egerton et Mark Strong.

Débutons donc par Colin Firth qui est de retour dans le rôle d’Harry/Gallahad après ce qui lui est arrivé dans le premier opus. Passons sur les détails de ce come-back que vous découvrirez à l’écran pour se concentrer sur le jeu d’acteur. Firth joue les paumés une partie du film et le décalage entre le Harry du premier volet et celui du second permet au personnage d’être drôle bien malgré lui , chose qu’arrive parfaitement à retranscire l’acteur. Mais rassurez-vous l’agent redoutable finira bien par resurgir.
En ce qui concerne Eggsy , notre rebelle s’est assagi et Taron Egerton embrasse cette nouvelle stature de gentleman avec aisance et ajoute un note de maturité et de gravité à son personnage , encore plus investi émotionnellement dans cette nouvelle aventure.
Mais celui qui tire son épingle du jeu est Mark Strong avec son rôle d’assistant qui se développe et qui lui permet de montrer toute l’étendue de son jeu , faisant de Merlin un personnage encore plus apprécié à la sortie du film.

Côté américain , les agents de Statesman n’ont pas grand chose à défendre , à part Pedro Pascal qui est le seul à être réellement développé et intéressant à suivre avec son attirail de gadgets et son talent pour la gâchette. C’est quand on voit la sous-utilisation de Jeff Bridges , qui joue le directeur de l’agence , Halle Berry qui est l’assistante et Channing Tatum , qui joue un agent confirmé  , que l’on se dit qu’ils ont seulement été introduits pour démontrer leur talent dans un troisième opus , que l’on aimerait voir se réaliser désormais.

Côté méchant , Julianne Moore sait être menaçante rien qu’avec un sourire et on voit qu’elle prend plaisir à interpréter l’ennemie du film , mais faute à peu de développement , sa Poppy ne parvient pas à être plus intéressante que Valentine dans Kingsman. Par contre son homme de main (de fer) est intéressant à suivre , vous verrez pourquoi.

Et le caméo de luxe du Cercle D’Or est une des nombreuses bonnes surprise du film , un plaisir de le voir et de l’entendre. Son implication dans le long-métrage donne lieu à des scènes réussies (et drôles!).

Terminons avec la réalisation de Matthew Vaughn qui dans Kingsman – Le Cercle D’Or passe à un niveau supérieur avec sa caméra qui part dans tous les sens , complètement survoltée , amenant de sacrés séquences d’action , toujours très lisible malgré le fait que tout va à cent à l’heure. L’action est donc maîtrisée et si l’on a pas une scène complètement déjantée et folle comme celle de l’église dans Kingsman , on a de beaux moments de bravoure , de combats chorégraphiés , d’explosions , de cascades bien pensées , on en a vraiment pour notre argent et on en prend plein la vue.

tumblr_otekui5twv1uq6svio1_540

Cocktail d’action et de fun , Kingsman – Le Cercle D’Or est une suite réussie où la surenchère mais surtout le spectacle sont au rendez-vous et même si l’effet de surprise du premier volet a disparu , le développement de l’univers Kingsman est très divertissant et très prometteur si un troisième opus voit le jour.

Publicités

3 réflexions sur “[Critique] Kingsman – Le Cercle D’Or , une suite débridée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s